Fritz Albert POPP, chercheur Allemand en biophysique, a prouvé que l’usage des agents de conservation (contenu dans la plupart des produits industriels) faisait baisser radicalement l’émission de bio-photons, petites particules de lumière contenus dans tout organisme vivant.
On a mesuré vingt-huit huiles de tournesol et leur capacité à stocker la lumière a pratiquement disparu quand on a raffiné l’huile. A partir de ces essais, F. A. Popp a appris à comprendre le langage des biophotons.

Il a pu en conclure que la capacité d’une plante à émettre l’information dont nous avons besoin pour une nutrition optimale – via un produit animal directement ou indirectement – dépend de la capacité de la plante à absorber et stocker la lumière. Ce ne sont pas seulement les substances contenues dans la nourriture qui nous nourrissent, mais aussi cette lumière stockée. Nous n’ingérons pas que des calories, des vitamines, des protéines et des sels minéraux, mais aussi la bio-information tout entière de la plante et, bien sûr, l’information de vie totale de chaque animal que nous mangeons.

L’importance de nous nourrir d’aliments bio vivant non raffinés et sans agents de conservation nous apparait alors comme évident si nous souhaitons optimiser l’effet de la nourriture sur notre corps et nous maintenir à une bonne santé globale.